Les bienfaits des huiles essentielles

Les bienfaits des huiles essentielles

Les huiles essentielles sont reconnues depuis de très nombreuses années pour leurs bienfaits sur les douleurs du corps, sur les émotions et la régulation du système nerveux. Leur emploi n’est pas anodin et il est nécessaire d’en connaître leur usage. Une huile essentielle mal employée peut être toxique. On les utilise en friction, en olfaction ou en ingestion. Pour les personnes âgées, les huiles essentielles représentent un bon complément dans la prise en charge de leurs maux et nous allons décliner quelques utilisations intéressantes.

La friction et l’effleurage

La friction est utilisée pour drainer, faire circuler et décongestionner. On choisira l’huile essentielle de lemongrass, de palmarosa pour leurs actions anti-inflammatoires et drainantes, celle de romarin pour ses propriétés de tonique veineux.

L’effleurage est une technique qui permet de favoriser le lien social par le contact tout en soulageant les douleurs rhumatismales, les articulations congestionnées ou les muscles endoloris.

On utilise à dose équivalente, le lavandin super, le romarin à camphre qui permettent d’agir de façon anti-inflammatoires et antispasmodiques. Pour des propriétés antalgiques et anti-inflammatoires, il s’agira de choisir la gaulthérie associée à la menthe poivrée. L’application est renforcée par l’emploi d’un macérât huileux d’arnica qui agit comme apaisant musculaire.

Concernant la maladie de Parkinson, il peut être conseillé une synergie d’huiles essentielles pour un effet calmant, pour éviter l’énervement et améliorer notamment l’effet de blocage, favoriser la qualité du sommeil. Matin et soir à raison d’ une ou deux fois dans la journée en cas de besoin en cas de « crises », on peut frictionner sur le plexus solaire et les membres souffrant de raideur, avec une huile neutre de noyau d’abricot ou conjugué avec un macérât huileux d’arnica, 2 gouttes de nard, de camomille sauvage, d’encens, de néroli et de ravintsara.

En diffusion 15/30 minutes le matin, l’huile essentielle de manuka apaisera le mental.

La bergamote (citrus bergamia) apaisera le système nerveux en onction d’une goutte sur la face interne des poignets ou sur le plexus solaire.

La diffusion des huiles essentielles et ses bienfaits

Muni d’un diffuseur pour huiles essentielles, cette approche olfactive a une action principalement sur le système nerveux, les humeurs et les émotions. Peu importe notre âge, une huile essentielle peut réveiller un souvenir cher à notre cœur, dans notre enfance ou un moment particulier de notre existence.

On fait appel directement au système limbique, carrefour des émotions et de la mémoire grâce aux bulbes qui sont deux structures dans le cerveau, au-dessus de chaque cavité nasale. On passe par le système limbique et non le mental lors de cette expérience olfactive. Le pouvoir de « réveil de la mémoire » des huiles essentielles est particulièrement source de plaisirs et de bien-être chez la personne âgée. Ses souvenirs sont nombreux et elle est bien souvent dans la nostalgie du temps qui passe, la douceur de ces effluves efface la nostalgie pour revenir au bonheur immédiat du souvenir.

Le fait de passer par le cerveau limbique et non le mental permet d’apporter du bien-être auprès des personnes atteintes de pertes cognitives.

Cette utilisation est de ce fait, particulièrement employée auprès des personnes présentant des troubles cognitifs de type Alzheimer, dans un contexte thérapeutique lors de séances en espace Snoezelen par exemple.

A domicile, il est bienvenu d’avoir ce réflexe qui permet de créer un climat de bien-être et de sérénité et quelque soit la pathologie, ce sera toujours positif à raison d’ une ½ heure le matin et une ½ heure en fin de journée. Le matin, on peut utiliser la menthe poivrée ou le romarin pour diminuer l’anxiété ou l’apathie, de même le petit grain bigarade pour apaiser le cœur ou la camomille noble pour dénouer les tensions nerveuses et émotionnelles. Le soir, on utilise la lavande vraie qui prépare au calme et est rassurante pour l’entrée dans la nuit ou la mandarine qui agit comme une berceuse. Pas plus de deux huiles essentielles si la combinaison est « faite maison » afin de ne pas parasiter les propriétés de chacune des huiles essentielles.

Il s’agit de mettre 2-3 gouttes par huile essentielle, dans le diffuseur. Dans un contexte plus factuel, la diffusion d’huiles essentielles permet de masquer les odeurs désagréables de cette façon, la personne se sent plus détendue et moins gênée par son incontinence ou des odeurs corporelles soutenues.

Pour réduire l’anxiété ou l’hyper-émotivité, il est recommandé de mettre à l’intérieur des poignets ou au plexus solaire, à la plante des pieds, une onction composée d’une huile neutre et quelques gouttes d’huiles essentielles apaisantes telles que la lavande fine et le géranium bourbon qui sont calmantes, spasmolytiques.

Pour des propriétés anti-infectieuses avec le risque de troubles respiratoires, il est conseillé d’utiliser en diffusion 10/15 minutes à raison de trois fois par jour, l’huile essentielle d’eucalyptus smithii et celle de pin douglas afin d’assainir l’air ambiant.

L’ingestion

Afin de favoriser le sommeil, on peut ingérer dans une cuillère de miel ou sur un sucre, le mélange suivant : camomille romaine, verveine citronnée, noix de muscade, petit grain bigarade. Vous avez bien d’autres utilisations en ingestion pour toutes sortes de maux liés au vieillissement, aux coups de froid… seulement l’ingestion d’huiles essentielles est si potentiellement dangereuse que cette pratique n’est que peu abordée dans le détail. Un rendez-vous auprès d’un aromathérapeute est essentiel pour un plan de traitement plus personnalisé.

Les huiles essentielles sont des remèdes utilisés depuis l’Antiquité et les inclure dans une prise en charge en établissement EHPAD, résidences services seniors ou résidences autonomie est toujours un bon complément aux traitements médicamenteux. Seulement il ne faut pas se proclamer aromathérapeute en achetant des huiles essentielles sans être grandement conseillé. Dans le maintien à domicile, les huiles essentielles ont tout autant leur place. Le personnel de nombreux EHPAD se forment à cette pratique et l’approche non-médicamenteuse est fortement appréciée des familles. Les résidents y sont particulièrement sensibles aussi, une meilleure harmonie au quotidien dans des moments de vie souvent sensibles. Il ne faut pas oublier que les personnes âgées sont particulièrement fragiles et empruntent facilement le chemin de l’anxiété et de l’état dépressif.